Mot du Recteur sur "Covid-19".

Covid-19 : l’Université d’aujourd’hui au cœur de la durabilité

Il y a quelque temps déjà une question tout innocente avait été posée – sans être adressée à quiconque, elle était destinée à tout le monde : quelles compétences devrait posséder un enseignant de niveau universitaire au XXIe siècle ? Des réponses, sans être unanimes, ont fusée : généralement pas moins de 24 compétences-clés ont été élues ; des compétences transversales dont notamment : la professionnalité, le leadership d’expertise, la communication, la collaboration, l’encadrement, l’écoute et la technologie.
J’ai retenue intentionnellement ces compétences en raison du profil d’universitaire qu’elles permettent déjà de dessiner ; de l’idée qu’elles supposent des interactions entre les différents acteurs-partenaires du monde de l’université que sous-tend trois grandes sortes de stratégies :

Stratégies d’enseignement-apprentissage en ce qui concerne les étudiants et les enseignants ;
Stratégies de bonne gouvernance en ce qui se rapporte à l’administration ;
Stratégies d’exécution appliquée en ce qui touche aux personnels.
Cette communauté interagit constamment, perpétuellement sans réfléchir réellement aux rôles joués et aux fonctions dévolues à tout un chacun. Cette communauté, correctement pensée, développe une exceptionnelle qualité de vie qui sauve en temps de crise quand la professionnalité est assumée par l’ensemble des acteurs du Supérieur.Des situations conflictuelles se présentent, il est vrai ; elles sont les bienvenues dès lors qu’elles constituent une opportunité de collaborer au sein des facultés, des départements et des équipes de formation où prévaut la dynamique relationnelle. L’esprit fair-play l’emporte toujours chez les enseignants et les étudiants qu’ils encadrent. Ces étudiants éprouvent ainsi un sentiment de sécurité pédagogique qui permet à la communication d’épanouir les personnalités et les individualités. Les étudiants et les enseignants s’ouvrent pleinement de la sorte et libèrent toutes leurs possibilités parce que l’administration sait être à leur écoute, en tout lieu, en tout temps. Ce tableau, au risque de paraître idéaliste, situe les missions de l’Université telles qu’elles doivent s’exécuter ; chacun de ses acteurs (administration, personnels, enseignants, étudiants) conscient de ses droits et de ses devoirs envers ses pairs, sa communauté et sa société.
Lorsque survient l’ennemi invisible, le leadership d’expertise intervient pour le neutraliser. Le leadership d’expertise évite à l’Université la paralysie alors que la Société attend d’elle une réaction rapide et efficace. Cela n’est rendu possible qu’à la condition expresse que l’Université inscrive son action dans la durabilité afin de n’être jamais prise au dépourvu.
Aujourd’hui, le Covid-19 est cet ennemi proprement invisible. Il nous menace et nous défie en combat singulier ; un combat silencieux en champ clos qui nous pousse justement au confinement. Le confinement et l’isolement ne seront pas nos seules réponses. Le Covid-19 pose un problème et la science tente de le résoudre ; la Société interroge et l’Université s’efforce de répondre. Le Covid-19 semble transformer radicalement nos mentalités, nos attitudes et nos comportements dans le bon sens – et c’est tant mieux. Actuellement et quotidiennement, le Covid-19 nous fait la leçon. Cette « mésaventure » biologique nous incite à nous surpasser ; chacun, selon ses compétences, réalise des performances exceptionnelles en réinvestissant les virtualités de la technologie au service de la citoyenneté.
Les plateformes numériques (Moodle-Elearning) assurent régulièrement la continuité de la pédagogie pour les formations des trois cycles LMD tant que les enseignants-chercheurs participent et contribuent à alimenter les contenus didactiques et coordonnent leurs efforts personnels en conformité avec les attentes et les besoins pédagogiques des étudiants. Les étudiants comprennent qu’ils doivent impérativement changer de rythmes de travail en s’adaptant aux contraintes diverses de leurs formations respectives suivant l’événement et les circonstances présentes.
Les laboratoires de recherche scientifique des deux grands domaines (sciences et techniques ; sciences humaines et sociales) ont une égale responsabilité d’intervention et d’innovation, selon leurs sphères d’actions exclusives. Les uns et les autres « produisent » différemment mais toujours au bénéfice du bien-être de la collectivité nationale.
Les personnels, à tous les niveaux des composantes et de l’organisation globale, interagissent chacun conformément à ses prérogatives et à ses missions ; veillant au déroulement des activités essentielles de la structure ; militant en faveur de l’harmonie de l’appareil universitaire, social et économique.
Sans le concours volontaire de tout un chacun, aucun effort, aucun sacrifice, aucun don de soi ne peut aboutir au profit de la communauté appelée à évoluer malgré les crises qui la minent de temps à autre.
Ces gestes naturels de solidarité et de compréhension mutuelle, ne les perdons pas ; sachons les perpétuer et les transmettre ; ils garantissent aussi, sans contestation, la durabilité de l’Université dans ce qu’elle possède de plus élevé. Trois « vérités » essentielles caractérisent éminemment l’Université : (1) sa pensée – à long terme ; (2) son pouvoir d’évaluer – à moyen terme ; (3) sa capacité d’agir-interagir – à court terme.
Confiant en chaque membre de la communauté universitaire, je vous interpelle toutes et tous, quels que soient votre statut, votre rôle, votre fonction car aujourd’hui plus que jamais chacun est indispensable ; la disponibilité de chaque membre de la famille universitaire est requise.
Tout le monde est mobilisé ; même dans l’absolu confinement, nous voulons, nous pouvons, nous devons agir parce que nous répondrons toujours toutes et tous en notre âme et conscience : Présent.e.s – ensemble pour vaincre les crises. La durabilité, c’est essentiellement tout cela.

Pr. Ahmed Boutarfaia, Recteur.

logocersit

pnst logo

logo sndl deg

PRFU